AMICALE SPORTIVE D'AIR FRANCE LASSY : site officiel du club de foot de LASSY - footeo

Olympique Marseille VS Paris Saint-Germain

6 octobre 2009 - 09:16

PSG-OM, choc récent et brûlant

Comme toute rivalité digne de ce nom sur la planète football, celle entre le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille dépasse le cadre du rectangle vert. Chaque édition du clasico à la française a une connotation non seulement sportive, mais également historique, culturelle et sociale. Car c'est le derby de tous les clichés : la capitale contre la province, le Nord contre le Sud, l'enfant modèle de la France contre son enfant rebelle.

Mais c'est surtout le duel entre les deux seuls clubs français à avoir soulevé un trophée européen et qui dominaient le football national avant l'avènement de Lyon au début des années 2000. Cette rivalité a dépassé les frontières des deux villes puisque le PSG et l'OM sont, avec Saint-Etienne, les seuls clubs qui comptent des supporters dans tout l'Hexagone. Si vous êtes supporter de l'un des deux, ce clasico n'a plus de secret pour vous. 

Les origines
Si elle est déjà marquée par des matches et des buts passés à la postérité, la rivalité entre ces deux monuments est assez récente. Certes, le club phocéen est déjà centenaire, mais son homologue parisien n'a vu le jour qu'en 1970. Face au palmarès et à l'expérience de l'OM, le PSG n'a d'abord été qu'un adversaire parmi d'autres sur la scène française. Mais à partir du milieu des années 80, les Parisiens ont commencé à garnir leur armoire à trophées et afficher des ambitions dignes du standing de la capitale.

Il faut attendre l'arrivée de Bernard Tapie à la tête de l'OM et de Canal + aux commandes du PSG, et les stars qui sont arrivées dans les valises des nouveaux propriétaires, pour que ce rendez-vous déchaine les foules et les passions. Aux Chris Waddle, Jean-Pierre Papin, Carlos Mozer, Rüdi Völler, Basile Boli et autres Enzo Francescoli sous le maillot blanc, Paris répond par Safet Susic, Luis Fernandez, David Ginola, Youri Djorkaeff, George Weah ou Rai. La rivalité sportive réveille vite les clivages historiques et sociaux entre les deux villes, et l'antagonisme est entretenu par des matches engagés et des provocations incessantes dans les médias.

Quelques chiffres
Longtemps dominateurs, les Marseillais n'ont concédé qu'une seule défaite entre 1990 et 1999, mais les Phocéens étaient alors en seconde division. Aujourd'hui, les Parisiens ont presque refait leur retard dans le nombre de victoires, grâce notamment à une série exceptionnelle de huit succès de rang entre 2002 et 2004. Après son dernier succès en octobre 2008 au Vélodrome, le PSG ne compte plus que deux longueurs de retard sur son rival. Sur les 70 rencontres disputées entre les deux géants, les Marseillais sont sortis 27 fois vainqueurs contre 25 pour les Parisiens et 18 nuls. Preuve de l'équilibre des forces, les joueurs au maillot blanc ont marqué 89 buts, contre 88 pour les Rouge et Bleu, et chaque équipe est repartie huit fois du stade de son adversaire avec les points de la victoire !

"A jamais les premiers", l'une des phrases préférées des supporters olympiens en référence à la première victoire française en Coupe d'Europe s'applique également à la rencontre phare du championnat de France. Pour le premier choc de l'histoire en 1971, l'OM de Roger Magnusson et Josip Skoblar s'était imposé 4:2. Côté parisien, on préfère se souvenir de l'année 2003 où le PSG avait remporté trois rencontres, dont deux au Vélodrome et notamment un mémorable 3:0 avec un Ronaldinho de gala.

Anecdotes et petites phrases
Chaque édition du clasico a sa petite histoire, mais certaines ont marqué l'histoire du football hexagonal. La rencontre de 1989 au Vélodrome est peut-être celle qui a vraiment déclenché la rivalité telle qu'on la connaît aujourd'hui. Au coude à coude pour le titre, les deux équipes s'affrontent lors de la 35ème journée. Le match est serré et le point du nul fait les affaires parisiennes. Mais à l'ultime seconde des arrêts de jeu, Franck Sauzée expédie un missile de 30 mètres qui mettra les Phocéens sur la voie de leur premier titre depuis 1972. On se souvient également d'une déclaration en 1992 du Portugais Artur Jorge, entraîneur du PSG, qui avait annoncé "On va leur marcher dessus". Le président marseillais Bernard Tapie accrocha l'article de presse dans le vestiaire de ses joueurs qui, 90 minutes plus tard, quittaient le terrain la victoire en poche...

Dans les mémoires marseillaises, le plus beau souvenir date du 29 mai 1993. Trois jours après leur sacre continental face à l'AC Milan, les nouveaux rois d'Europe et leaders du championnat accueillent leurs poursuivants dans un match décisif pour le titre. Epuisés par trois jours passés à fêter la victoire davantage qu'à s'entraîner, les Marseillais sont rapidement menés sur leur pelouse. Mais la grâce touche les Phocéens qui réussissent subitement tout ce qu'ils tentent et inscrivent trois buts, dont une tête de 18 mètres de Boli après une action collective exceptionnelle, sans doute le plus beau but de l'histoire de cette rivalité.

Les Parisiens auront l'occasion de se venger à plusieurs reprises, mais deux épisodes remplissent de fierté les habitués du Parc des Princes. En 1999, alors que l'OM lutte pour le titre, le PSG est aux abois et reste sur des années de disette face au rival. Mais les locaux l'emportent 2:1 et en fin de saison, Marseille sera derrière Bordeaux pour un point. Plus récemment, en 2006, les deux clubs se retrouvent en finale de Coupe de France, Marseille étant encore en haut de classement pendant que Paris lutte pour son maintien. Largement favoris, les Olympiens chutent 2:1 notamment sur une frappe monumentale de Vikash Dhorasoo pourtant peu réputé pour ce genre d'action.

Aujourd'hui
En plus de cette rivalité historique, la rencontre de dimanche aura pour cadre le haut du classement pour la première fois depuis bien longtemps. Après deux saisons passées à lutter pour son maintien, le PSG a changé de visage et pointe désormais à un tout petit point de Lyon, leader. Mais les Parisiens n'ont que trois longueurs d'avance sur le troisième... Marseille ! Ironie du sort, l'homme clé de la capitale cette saison est Claude Makélélé ancien Olympien, tandis que dans le camp marseillais, le capitaine et l'âme de l'équipe, Lorik Cana, a été formé dans la maison d'en face !

Vainqueurs à Marseille à l'aller (4:2), les Parisiens espèrent récidiver sur leurs terres et éventuellement prendre les commandes du championnat si Lyon était tenu en échec un peu plus tôt dans la journée. Un enjeu supplémentaire dans cette rencontre, qui n'avait pas besoin de cela pour s'annoncer bouillante et passionnante.

Date à retenir :

Dimanche 25 octobre 2009

Olympique de Marseille 21:00 Paris Saint-Germain

Dimanche 28 février 2010

Paris Saint-Germain 21:00 Olympique de Marseille

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 4 Dirigeants
  • 22 Joueurs
  • 5 Supporters

Aucun événement

Aucun sondage