L'esprit du Celtic bien vivant

14 décembre 2009 - 20:24

                                                                       The Celtic Football Club

Le 6 novembre 1887, un moine mariste donne rendez-vous aux fidèles de la petite église St Mary, située dans les quartiers est de Glasgow. But de l'opération : venir en aide aux immigrés irlandais de la ville, dont les conditions de vie confinent à la misère. En faisant ainsi appel à la générosité de ses ouailles pour renflouer les caisses de la "Table des enfants pauvres", l'organisation caritative dont il est le fondateur, le frère Walfrid sera à l'origine d'une institution au destin illustre : le Celtic Football Club.

Naissance d'une institution
Le Celtic n'aurait probablement jamais existé sans l'un des épisodes les plus noirs de l'histoire irlandaise : la Grande Famine. Au milieu du 19ème siècle, l'apparition du mildiou ravage les récoltes de pommes de terre, principale source de subsistance à cette époque en Irlande. Le fléau entraîne la mort d'environ un million de personnes et en pousse autant à l'exil. L'une de leurs destinations privilégiées est Glasgow. Mais à leur arrivée dans une ville mal préparée à un tel afflux, ces dizaines de milliers de catholiques doivent immédiatement faire face au besoin et à l'hostilité d'une population autochtone... protestante.

Court en deniers mais riche en curiosité, Walfrid avait suivi avec intérêt une aventure nommée Hibernian FC. Fondé en 1875, ce club de football était rapidement devenu une source de fierté et de bonheur pour la communauté irlandaise d'Edimbourg. La première équipe du Celtic sera d'ailleurs composée pour moitié de footballeurs de la capitale. Par la suite, à mesure que le club de Glasgow grandira en notoriété, de nombreux joueurs des Hibs feront le voyage d'est en ouest afin de rejoindre les Bhoys.

A cette époque, le maillot du Celtic est blanc, avec un col vert. Ce n'est qu'en 1903 que le club adoptera sa tunique définitive et caractéristique, rayée horizontalement de vert et de blanc. L'un des premiers joueurs à la porter est Willie Maley. En 1897, âgé seulement de 29 ans, il devient le premier entraîneur du Celtic. En guise de baptême du feu, il ajoute un quatrième titre de champion d'Ecosse au palmarès du club.

Maley représente à lui seul une véritable dynastie dans l'histoire du Celtic. Son règne durera 43 ans et sera jalonné de 30 trophées. Il aura sous sa houlette plusieurs figures mythiques des Hoops, comme Patsy Gallacher, Jimmy McGrory, ou encore l'extraordinaire gardien de but John Thomson. Ce dernier connaîtra une fin tragique dans un Old Firm (nom du derby entre les deux géants de Glasgow), au cours duquel il se fracture le crâne en plongeant courageusement dans les pieds d'un attaquant des Rangers.

Mais le joueur le plus talentueux de l'ère Maley est sans aucun doute McGrory. Monté sur ressorts, ce petit attaquant (1,70 m) était un véritable prodige dans les airs. Les supporters du Celtic le surnommaient "The Mermaid", petite sirène mais grand buteur. Avec ses 550 réalisations, McGrory reste le buteur le plus prolifique du football britannique. Après avoir raccroché les crampons, il devient le troisième manager du club. Il connaîtra moins de réussite de l'autre côté de la ligne de touche qu'aux alentours du point de penalty, mais aura le nez suffisamment fin pour confier le brassard de capitaine à un certain Jock Stein.

La légende en marche
McGrory est toujours aux commandes en 1957, lorsque le Celtic inflige aux Rangers un historique 7:1 en finale de la Coupe de la Ligue. Mais ce succès sans précédent ne peut occulter une insuffisance de résultats qui, en 1965, aboutit à son remplacement par Stein. L'ancien capitaine des Bhoys n'en est pas à ses débuts au poste de technicien. Il a déjà fait ses preuves en permettant à deux autres clubs écossais, Dunfermline et Hibernian, de garnir leur salle des trophées. En engageant le premier entraîneur protestant de son histoire, le Celtic est fidèle à sa philosophie non sectaire et en sera pleinement récompensé.

En l'espace de deux ans, le club passe du ventre mou du championnat écossais au zénith du football européen, le tout avec des joueurs nés dans un rayon de 50 kilomètres à partir de Celtic Park. Au moment d'aborder sa première campagne continentale, Jock Stein déclare qu'il veut gagner la compétition en pratiquant un football qui transformera les indécis en supporters du Celtic. Chose promise, chose due. En finale à Lisbonne face au redoutable Inter Milan, l'armada écossaise n'a que son courage et son audace à faire valoir. Deux qualités que saluera ouvertement l'entraîneur nerazzurro Helenio Herrera, à l'issue d'une rencontre qui fait du Celtic la première formation britannique à remporter une coupe d'Europe. Jusque-là, seuls quatre clubs de trois pays différents ont hébergé la "coupe aux grandes oreilles" : le Real Madrid, Benfica, l'AC Milan et l'Inter.

"Nous avons gagné car nous avons joué au football, déclarait fameusement Jock Stein. Du beau et vrai football, plein d'imagination." Rapidement surnommés "Les Lions de Lisbonne", les champions d'Europe pratiquent un football résolument offensif, qui va devenir la marque de fabrique de leurs successeurs sous la tunique verte et blanche. Dans la foulée de leur triomphe sur la scène continentale, les Lions remportent neuf championnats consécutifs, record absolu dans le football écossais.

Lorsqu'il accepte enfin de quitter ses fonctions en 1978, Jock Stein laisse derrière lui non seulement des titres en cascade et un moment de gloire insurpassable, mais aussi une approche du jeu encore bien vivante au Celtic. Y compris chez celles et ceux qui n'étaient pas nés au moment où Jimmy Johnstone faisait trembler défenses et filets.

Aujourd'hui
Après avoir passé les années 1990 dans l'ombre des Rangers, le Celtic a repris le flambeau au tournant du millénaireet ne l'a plus lâché. Les Bhoys ont en effet remporté six des huit dernières éditions du championnat d'Ecosse. Leur dernière victoire en la matière est probablement la plus savoureuse. Au printemps 2008, la formation dirigée par Gordon Strachan pointait à six longueurs de son ennemi juré, qui avait quant à lui deux matches de plus à disputer. Lentement mais sûrement, le Celtic a comblé son retard pour finalement coiffer les Rangers sur le fil, lors de l'ultime journée. Depuis plusieurs années, les pensionnaires de Celtic Park sont régulièrement présents en Ligue des champions de l'UEFA, atteignant même les huitièmes de finale au cours des deux derniers exercices.

Le stade
Situé en bordure d'un cimetière, le Janefield Cemetery, et à moins de 500 mètres du stade actuel, le premier Celtic Park a été construit par un groupe de bénévoles réunis par le fondateur du club, le frère Walfrid. La première rencontre s'y déroule le 28 mai 1888, contre les Rangers. Trois ans plus tard, le propriétaire des lieux fait passer le loyer annuel de 50 à 450 livres. Inacceptable, estime Walfrid.

Le frère mariste décide d'aller voir ailleurs, en l'occurrence de l'autre côté de la rue, où se trouve une usine de briques à l'abandon. Il rappelle ses volontaires, qui ne se font pas prier pour mettre la main à la pâte. Nouveau stade, mais même nom, ce qui pousse un journaliste local à titrer : "Celtic Park déménage du cimetière au paradis". Glorieuse inspiration, l'enceinte du Celtic étant depuis lors affublée du surnom de "Paradis". Au milieu des années 1990, le stade fait l'objet d'une rénovation de fond en comble, au cours de laquelle les tribunes derrière chaque but sont rebaptisées "Jock Stein" et "Lisbon Lions". Référence obligée à des personnages de légende, pour une arène célèbre dans toute l'Europe pour son atmosphère non moins légendaire.

Palmarès : 1 coupe d'Europe des Clubs Champions (1967), 42 championnats d'Ecosse (1893, 1894, 1896, 1898, 1905, 1906, 1907, 1908, 1909, 1910, 1914, 1915, 1916, 1917, 1919, 1922, 1926, 1936, 1938, 1954, 1966, 1967, 1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1974, 1977, 1979, 1981, 1982, 1986, 1988, 1998, 2001, 2002, 2004, 2006, 2007, 2008), 34 coupes d'Ecosse (1892, 1899, 1900, 1904, 1907, 1908, 1911, 1912, 1914, 1923, 1925, 1927, 1931, 1933, 1937, 1951, 1954, 1965, 1967, 1969, 1971, 1972, 1974, 1975, 1977, 1980, 1985, 1988, 1989, 1995, 2001, 2004, 2005, 2007), 13 coupes de la ligue (1957, 1958, 1966, 1967, 1968, 1969, 1970, 1975, 1983, 1998, 2000, 2001, 2006).

  Joueurs emblématiques : Jimmy Quinn (1900-17), Patsy Gallacher (1911-26), Jimmy McGrory (1922-37), Bobby Evans (1944-60), Charlie Tully (1948-59), Jock Stein (1951-56), Jimmy Johnstone (1962-75), Billy McNeill (1958-68), Bobby Murdoch (1959-73), Bobby Lennox (1961-80), Kenny Dalglish (1969-77), Danny McGrain (1970-87), Paul McStay (1981-97), Tommy Burns (1975-89), Henrik Larsson (1997-2004).

 Site officiel : www.celticfc.net

Commentaires

Staff
Francky COURTEAUX
Francky COURTEAUX 18 décembre 2009 14:12

We never walk alone

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 4 Dirigeants
  • 22 Joueurs
  • 5 Supporters

Aucun événement

Aucun sondage